Archives de catégorie : Actualités

passeport-comment-faire

Comment faire son passeport ?

Le passeport est un document indispensable attestant l’identité d’une personne et la validité de son séjour à l’étranger. Il est délivré par les ambassadeurs et les consuls du pays où on réside. Les mairies de villes de France le délivre également. La durée de validité normale d’un passeport est de 10 ans, et 5 ans pour les mineurs. Mais pour le passeport d’urgence délivré dans 2 à 3 semaines, sa validité est de 1 an. Depuis le 28 juin 2009, en France, le passeport électronique est remplacé par le passeport biométrique. Ce dernier contient l’image numérisée du visage de son propriétaire ainsi que ses empreintes digitales.

Comment effectuer une demande de passeport ?

Pour faire une demande de passeport, on peut se rendre sur le site formulaire.modernisation.gouv.fr, puis télécharger le formulaire de demande et l’imprimer avant d’aller à la mairie qui enregistre la demande de passeport biométrique. Si la mairie ne possède pas la machine nommée station biométrique, il faut se déplacer dans une autre ville où on en trouve. A Paris, une prise de rendez-vous est nécessaire et les bureaux ne sont ouverts que lundi, mardi, mercredi et vendredi de 08h 30 à 16h 30.

Quelles sont les pièces à fournir ?

Outre le formulaire de demande de passeport, le demandeur aurait à préparer 2 photos d’identité récentes de format 3,5×4,5 cm. Les photos doivent être identiques, tête nue, en couleur et uni avec un arrière-plan clair. Elles doivent être prises dans les 6 mois avant la demande. Le demandeur aurait aussi à fournir un justificatif de domicile original et photocopie, contenant son nom et ses prénoms (bail de location, quittance de loyer ou de gaz, ou titre de séjour…). Pour les personnes qui n’ont pas de domicile personnel, elles peuvent prendre contact avec la mairie ou la préfecture où elle habite. Il faut également se munir des timbres fiscaux d’une valeur de 86 euros. Et enfin, une copie intégrale de son acte de naissance est nécessaire. Celle-ci doit être obtenue dans moins de 3 mois. On peut en faire la demande en ligne sur le portail web de la mairie de naissance. Pour l’info, une carte d’identité sécurisée même périmée permet de justifier l’état civil.

Si la personne fait la demande à l’étranger, les timbres postaux ne sont pas indispensables. Elle peut acquitter les droits de la chancellerie au consulat soit par espèces, soit par mandat postal. Le paiement par chèques ou virement bancaire n’est accepté que pour quelques consultas seulement.

Quel est le montant de droit à payer ?

Pour le passeport d’urgence, le montant à acquitter est de 45 euros. Pour le passeport standard délivré à un majeur, il est de 96 euros, pour un passeport ordinaire délivré à un mineur de plus de 15 ans, il faut payer 52 euros et 27 euros pour un mineur de moins de 15 ans. Si la personne n’a pas fourni des photos répondant aux normes, on ajoute 3 euros de plus pour la prise de photo sur place dans les ambassades ou les consuls qui proposent ce genre de service). Notons enfin qu’il est obligatoire de comparaître personnellement devant la mairie, les consuls ou les ambassades lors de la demande et du retrait du passeport.

gr-20

Je vous raconte ma rando sur le GR20 en Corse

La GR20 est considérée comme la plus dure, le plus difficile et le plus beau sentier de randonnée en Europe. Sa difficulté réside dans sa durée, 14 jours environ au moins pour terminer normalement l’itinéraire, et ce avec des poses dans la journée. Ce qui nécessite quand même une bonne endurance car il faut marcher 7 heures par jour. L’année dernière, j’ai eu l’occasion de me rendre en Corse pour une vacance de 3 semaines et faire la fameuse rando de ses sentiers montagneux. Les deux premières semaines je les ai passées à visiter l’île et à farnienter sur ses plages magnifiques, mais la dernière semaine, j’ai rejoint un groupe de randonneurs pour affronter le demi GR20 sur une semaine.

Le départ et la préparation de la rando

Le guide a parlé de la difficulté du parcours. Alors pour alléger le poids final de mon sac, je n’y ai fourré que l’essentiel (le couac, la lampe frontale, la lunette de protection, le bonnet, la nourriture au cas où je n’en trouverai pas sur les hauteurs, quelques vêtements chauds..). Habitué d’ailleurs à faire une rando en altitude ou dans les forêts lors de mes voyages, la préparation ne m’a pas pris beaucoup du temps. Bien chaussé de mes chaussures de randonnées et avec mon sac à dos assez léger, j’ai rejoint le groupe pour le trek de 7 jours et 7 nuits en refuge. Le guide nous a prévenu a ainsi que les refuges sont administrés par le Parc National de Corse. Mais il a ajouté qu’on peut également dormir dans les tentes autour des refuges pour apprécier la Corse sous la bonne étoile.

Ma randonnée sur les sentiers aux marques rouges et blanches.

Notre accompagnateur nous a proposé le sens Sud nord car les premières étapes du nord sud conviennent pour les randonneurs plus expérimentés. En effet, sur la partie nord qui est la plus technique du circuit de Vizzanova à Calenzana, les cols sont plus hauts que le côté sud. En outre, il n’est pas facile de passer le cirque de solitude. Cet endroit cause des accidents occasionnels surtout pendant les mauvais temps car ses dalles rocheuses sont dangereuses. La plupart des randonneurs redoutent cette partie car même si on a mis des chaines en acier pour avoir un meilleur appui sur la façade rocheuse, cela n’assure pas les randonneurs. Ainsi, même si notre équipe est composée de six hommes d’une bonne condition physique, le guide a donc opté pour cet itinéraire sud nord. Il a proposé quelques itinéraires au programme au choix : l’incontournable Parc naturel Régional, la réserve naturelle comme Scandola, les aiguilles de Bavela, Porto, les calanques de Piana etc… En fait, j’étais surpris de découvrir que la GR20 dans le sens Sud nord est plus aisée et donc moins éprouvant. Je n’ai pas trouvé une grande difficulté sauf le vertige de l’altitude qui peut arriver aux randonneurs moins expérimentés. Bref, notre rando se passant en temps frais d’été nous a laissé de beaux souvenirs même si nous n’avions pas parcouru en fin de compte le cirque de la solitude.

gravir-mont-blanc

Gravir le Mont Blanc : possible pour tout le monde ?

Tous les ans, de nombreuses personnes se donnent pour objectif de gravir l’un des plus hauts sommets de l’Europe, comme le Mont Blanc. Qui ne rêverait pas de se retrouver sur un sommet à 4810 mètres d’altitude ? Pourtant, cet objectif semble être hors de la portée de nombreuses personnes. La question qui se pose est donc : Cette ascension est-elle possible pour tout le monde ?

Une ascension accessible à tous

L’ascension du Mont Blanc est assez difficile mais elle est accessible à toutes les personnes sportives, ayant un minimum de compétences sur l’alpinisme. Sachez que pour arriver sur le toit de l’Europe, vous devrez faire usage de vos mains et marcher en crampons sur une neige assez dure. Cela laisse sous entendre qu’il faut maitriser un peu de technique de cramponnage, surtout lors de la descente. Il faut également avoir une bonne condition physique pour gravir le Mont Blanc. L’ascension exige plusieurs journées de marches et beaucoup d’énergie, donc soyez certains d’avoir un physique au top avant de tenter une ascension.

L’ascension du Mont Blanc est une très belle idée, mais elle est souvent onéreuse pour les débutants. En effet, ce n’est pas une randonnée à la portée de tous les budgets. Si vous n’avez aucune connaissance particulière sur ce type de pratique, vous devrez payer des frais de stages, des guides, sans oublier les refuges où passer la nuit. Bref, il n’est pas toujours possible d’arriver au sommet du Mont Blanc avec un petit budget. Toutefois, si toutes ces conditions ne vous posent aucun problème, sachez qu’il est tout à fait possible de réussir cette ascension. Voici quelques conseils pour vous aider à vous préparer.

Les stages Mont Blanc

Si vous n’avez jamais effectué une ascension pareille et aucune expérience en alpinisme, pensez à participer à des stages proposés par des guides de haute montagne. Les conditions restent les mêmes : bonne condition physique, pied un peu montagnard. Le stage peut durer 4 à 6 jours et il vous permettra une initiation aux techniques d’alpinisme et permet une bonne acclimatation à l’altitude.

Le choix d’un bon guide

Un débutant ne devrait jamais s’aventurer sur le Mont Blanc sans aucun guide. L’expédition risquerait de se transformer en vrai cauchemar. C’est la raison pour laquelle nous vous conseillons de choisir un bon guide ou d’un initiateur des clubs de la FFME ou FFCAM.

Le choix de l’itinéraire

Il existe deux voies classiques d’ascension du Mont-Blanc. Le premier est la traversée du Mont Blanc qui commence à l’Aiguille du Midi pour une nuit au refuge des Cosmiques. Puis, le passage par le Mont –Blanc du Tacul, le Mont Maudit, le col de Brenva, Mur de la Cote et le sommet. Le second itinéraire est la voie normale qui part du Nid d’Aigle et qui passe par la tête Rousse, l’Aiguille du Gouter, Dôme du Gouter, l’arête des bosses et le sommet. Le choix de l’itinéraire devrait se faire en fonction des conditions météorologiques.