Quel matériel choisir pour partir en randonnée ?

Quel matériel choisir pour partir en randonnée ?

juillet 13, 2021 0 Par Olivier Tonon

« Mince, on a encore oublié… », voici la phrase que cette article vous permettra d’éviter ! Bien préparer sa randonnée commence par bien préparer ses affaires et sa tenue. Loin de nous l’idée de vous réapprendre à faire votre sac (vos parents restent la référence), mais plutôt de vous donner quelques conseils non exhaustifs sur ce qu’il est opportun de choisir pour partir sereinement. Le matériel choisit dans cet article se destine à une randonnée sur une journée. Voici donc quel matériel choisir pour partir en randonnée.

Définir son type de randonnées

Le matériel à choisir pour partir en randonnée doit vous accompagner et non vous encombrer. Il est question ici d’indispensable pour votre confort et votre sécurité. Bien qu’un matériel de base constitue un socle commun, il est important de vous poser les questions suivantes afin de définir des priorités. 

Les questions à se poser 

Lorsque vous décidez d’un itinéraire, posez-vous à chaque fois les questions suivantes : 

  • Quelle est la durée estimée de la randonnée ? 
  • Quelle est la topologie du terrain ? Y a-t-il du dénivelé ? Si vous avez des doutes, nous vous conseillons de consulter le site Geoportail où vous trouverez toutes les cartes topographiques de France. Les cartes papier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sont particulièrement bien réalisées. 
  • Quelles sont les prévisions météo ? Un conseil : le beau temps le matin, sinon rien ! Un temps qui se couvre en fin d’après-midi est assez fréquent en montagne et moins inquiétant si vous partez suffisamment tôt. 

Les indispensables chaussures 

Une randonnée nécessite des chaussures dédiées à la marche longue, sur terrain escarpé. Si vous deviez ne retenir et investir dans un seul équipement de cet article, c’est bien celui-ci. À noter, la randonnée n’est pas une course à pied ou un match de tennis alors évitez vos traditionnelles chaussures de sport ! C’est pourquoi au vu de son importance, nous avons rédigé un article spécifique sur “Comment choisir des chaussures de randonnée”. Jetez-y un œil !

Un sac à dos adapté 

Que ce soit quelques heures de marche en forêt, une randonnée d’une journée en montagne ou pour plusieurs jours, un type de sac à dos sera adapté pour chacune des activités.  

Les critères de sélection 

Deux critères sont à prendre en compte : la durée de votre marche et le dénivelé de celle-ci. De la découlera votre choix de sac à dos.

Pour une randonnée d’une journée, un sac de 20L à 30L au maximum sera suffisant. N’hésitez surtout pas à le prendre plus léger. 

Pour une randonnée plus longue qu’une journée qui vous obligera à prendre du matériel plus conséquent, un sac de 40L pourra être envisagé

Les détails à connaître 

Nous vous conseillons avant tout d’essayer votre sac à dos si possible en le chargeant et de faire le reste de vos achats sur vos épaules. Cela vous permettra de juger au mieux en magasin. Pour vous aider à choisir, voici quelques bon repères à avoir en tête :

  • Le poids idéal d’un sac à dos chargé ne doit pas excéder 20% à 25% du vôtre (10% à 15% pour un enfant).
  • Une poche à eau est appréciable ou au minimum un emplacement extérieur pour une gourde.  
  • Des compartiments de rangements doivent faciliter l’accès à des accessoires utiles : GPS, carte, appareil photo… 
  • Privilégiez un sac avec des renforts sur le dos, avec une armature rigide : elle répartit mieux le poids et laisse passer l’air (elle vous évite d’avoir le dos trempé au bout de quelques heures de marche). 
Exemple de sac à dos

Des vêtements techniques : le système des 3 couches 

Lorsque vous partez en randonnée, un juste équilibre est à trouver entre se protéger des éléments extérieurs (pluie, vents, froid…) et gérer la transpiration que produit l’effort. Par ailleurs, il est primordial de pouvoir s’adapter rapidement à la météo changeante de la montagne. Le système des 3 couches vous permettra de répondre à ses attentes tout en évitant la technique peu optimale de “l’oignon” (comprenez “empiler les couches”). 

Première couche : évacuer la transpiration

En contact avec votre peau, celle-ci doit respirer en laissant évacuer la sudation de votre corps. Lors d’un effort, pour éviter la surchauffe, votre corps transpire. Au contact de l’air (plus froid) la vapeur d’eau se condense et se transforme en gouttelette. L’objectif est qu’elle ne s’accumule pas sous votre couche ! L’évacuation et le séchage rapide sont donc les deux éléments à prendre en compte ici. Oubliez donc le traditionnel tee-shirt en coton (la matière à tendance à retenir l’eau). Privilégiez les matières suivantes : les tissus synthétiques (polyester ou polyamide), le lyocell ou la viscose (fibre de bois), ou la laine mérinos.

Nous conseillons fortement cette dernière qui remplit bien des qualités : absorbante (jusqu’à 33% de son poids en eau) ; thermorégulatrice, autrement dit, conserve la chaleur aussi bien qu’elle respire ; anti-odeurs (vous pouvez la porter plusieurs jours sans la laver !). Ça ne s’invente pas, un tissu naturel vaut bien mieux qu’un synthétique. Pour limiter les prix, il existe de plus en plus de vêtements mixant synthétique et laine. Par ailleurs, les autres tissus naturels que sont le lyocell et la viscose ont l’atout de sécher rapidement. Ils sont très doux à porter, mais ne retiennent que peu la chaleur. Nous vous conseillons d’opter pour ces matières que par temps très chaud !

Deuxième couche : isoler la chaleur 

Son rôle est d’isoler du froid en emprisonnant l’air dans ses fibres. Nous conseillons de privilégier des pièces s’ajustant par fermeture éclair et des ouvertures sous les bras. Cette couche doit toutefois s’adapter selon le temps de la randonnée :

  • Températures élevées (plus de 20 °C) et activité soutenue : vous pouvez vous passer de cette couche. Pensez toutefois à prendre avec vous un pull manche longue léger, une veste ou doudoune très légère, en cas de changement de météo. Même avec un grand soleil, enfilez cette couche après l’effort. La sensation de chaleur à ce moment est parfois traître. 
  • Température moyenne ou tôt dans la matinée (entre 10°C et 20°C) : une veste polaire est un bon compromis. Les doudounes fines sont également efficaces. 
  • Température froide (moins de 10°C) : l’objectif ici est d’emprisonner le maximum d’air entre votre corps et la couche extérieure. Le tissu doit être “gonflant”. Nous vous conseillons des doudounes aux fibres naturelles (duvet d’oie ou de canard). Légère et facilement pliable, vous l’adopterez même après votre randonnée, en ville ou en campagne ! 

Troisième couche : imperméable et coupe vent  

La dernière viendra vous protéger en cas de conditions plus extrêmes tels que la pluie ou le vent froid. Les coutures et fermetures de ces vêtements sont étanchées. 

L’imperméabilité des vestes peut être comparée à l’aide de la mesure Schmerber qui correspond à la hauteur d’eau en millimètre avant qu’une goutte d’eau ne traverse le tissu. Les tissus classiques peuvent devenir imperméables après traitement. Ils suffiront pour une pluie fine ou le crachin du matin.   

La respirabilité est mesurée en g/m2/24h. Un critère important pour les activités intenses (randonnée confirmée). 

Nous ne pouvions pas évoquer les caractéristiques techniques de cette couche sans évoquer la marque spécialiste en la matière : Gore-Tex®. Toutefois, plusieurs marques utilisent aujourd’hui les mêmes techniques de tissage ou de traitement, rendant le choix plus vaste et le prix plus accessible ! 

Les autres vêtements de randonnée

Voici le reste du matériel à choisir pour partir en randonnée :

  • Les chaussettes : privilégiez des chaussettes un peu épaisses pour éviter les ampoules. 
  • Short ou pantalon : bien que certaines matinées en montagne restent fraîches en été, nous vous conseillons de porter un short. Vous serez plus à l’aise pour gravir des sommets. Des pantalons modulables en short existent aujourd’hui. Des tissus résistants, mais très légers sont facilement trouvables. 
  • La brassière fine pour les femmes reste la plus confortable. 
  • Une cape de pluie peut être utile en cas de temps incertain.
  • Pensez aussi à vous protéger du soleil (l’indice UV en montagne peut vite grimper comme en bord de plage). Lunette, casquette ou chapeau compléteront votre style de randonneur. 

Les essentiels : hydratations, nutrition, santé, sécurité

Bien souvent, on ressent leur manque par leur absence. Voici donc les indispensables du matériel à choisir pour partir en randonnée.. 

Hydratation et nutrition

L’eau est l’élément ou l’impasse est interdite. Le plus lourd, c’est aussi le plus important ! Prévoyez au minimum 1L par personne pour une randonnée facile de moins de 3h, montez rapidement à 2L par personne au-delà. Des pastilles de purification peuvent être utilisées pour des randonnées de plus d’un jour. 

Pour la nutrition, privilégiez les sucres lents (complexes et plus longs à assimiler) accompagnés ponctuellement de sucres rapides. Les premiers s’assimilent lors d’un bon petit déjeuner (pain complet, œuf, produits laitiers…) puis d’un déjeuner à mi-parcours (Salade de pâtes, de riz ; œufs durs ; fruits secs ; fromage…). Des barres de céréales ou des compotes à prendre lors de courtes pauses vous reboosteront rapidement lors d’un passage à vide. Évidemment, un traditionnel saucisson à l’arrivée est tout à fait envisageable !

Les accessoires de santé 

Une trousse de premier secours : à acheter toute prête, vous pouvez aussi facilement la préparer. Prenez de quoi désinfecter une plaie (Biceptine®, Betatine®) et de quoi la penser (petit pansement, compresses, garrot). 

Une trousse de pharmacie pour vous soulager (spray froid, paracétamol sous Doliprane® ou Dafalgan®, pansements pour ampoules) fait parti du matériel à choisir pour partir en randonnée.

Enfin, une crème solaire, en toute saison, est toujours utile tout comme un anti-moustique selon la région. 

Les accessoires de sécurité 

Pour l’orientation, nous vous conseillons de télécharger la carte ou l’itinéraire sur votre téléphone de manière à ne pas être dépendant d’une connexion internet. Toutefois, hormis d’être équipé d’un GPS de randonnée, une carte papier (type IGN Top 25) et une boussole, reste le plus sûr : elle ne sera jamais en manque de batterie. 

Les bâtons sont a envisager selon votre convenance. Appuie supplémentaires, ils peuvent vous rassurer dans les endroits escarpés et vous donner un rythme plus régulier. 

Les accessoires de survie à avoir impérativement : un sifflet et un couteau suisse. Ils ne prennent pas beaucoup de place et vous seront d’une précieuse aide en cas d’incident sur la randonnée. 

Carte IGN pour les plus simple et efficace ou le GPS pédestre pour les plus férus !

Conclusion

Randonnée de quelques heures ou trek engagé, évitez de partir seul. En outre, partir sereinement, c’est aussi prévenir l’un de vos proches. Précisez-lui votre lieu de randonnée ainsi que l’heure de retour estimée. Un détail qui n’en saura plus un en cas d’imprévu majeur. 

Enfin, vous aimez admirer la nature ? Alors préservez-la et prévoyez une petite poche pour rapporter tous vos déchets. Évitez aussi de cueillir des fleurs sur votre chemin, certaines y sont peut-être endémiques et rares. 

N’oubliez pas que marcher ne demande aucun talent particulier, simplement de s’écouter, de contempler et d’apprécier. Alors, prêt à partir ?